macabre


macabre

macabre [ makabr ] adj.
danse macabre, danse MacabréXIVe; probablt d'un n. pr. Macabé macchabée
1Danse macabre : représentation allégorique de la Mort entraînant dans une ronde des personnages de toutes conditions.
2(1842) Qui a pour objet les squelettes, les cadavres, et par ext. Qui évoque des images de mort ( funèbre, lugubre, 1. sinistre). Scène, plaisanterie, humour macabre. Le genre macabre, et ellipt le macabre.

macabre adjectif (moyen français danse macabré, peut-être de Macabré, nom propre) Qui évoque une mort dans des circonstances tragiques : Faire une découverte macabre dans un jardin. Qui évoque le côté sinistre de la mort : Humour macabre. Qui est triste, sinistre, lugubre : Soirée macabre.macabre (synonymes) adjectif (moyen français danse macabré, peut-être de Macabré, nom propre) Qui évoque une mort dans des circonstances tragiques
Synonymes :
- funèbre
Qui est triste, sinistre, lugubre
Synonymes :
- sépulcral
Contraires :
- gai

macabre
adj. Qui évoque des choses funèbres, la mort. Plaisanterie macabre. Faire la macabre découverte de restes humains.

⇒MACABRE, adj.
A.Danse macabre. Danse théâtrale du Moyen Âge, problablement d'inspiration religieuse, représentant la Mort entraînant tour à tour dans une ronde funèbre des personnes de toutes conditions. Synon. danse des morts. C'est au cimetière des Innocents à Paris qu'une représentation des danses macabres aurait été faite un 2 novembre, jour de la Fête des Morts, au XVe (BARIL 1964):
1. Il était juste que la danse macabre naquît au moyen âge des représentations dramatiques, tant la satire sociale s'y mêle à l'avertissement tragique qu'elle nous donne sur notre destinée. La mort nous rend quelconques. Elle supprime la fierté et l'orgueil de la colère. Elle rend le squelette si pareil au squelette que l'évêque ne se distingue plus du roturier, ni la belle du laideron.
J. VUILLEMIN, Essais signif. mort, 1949, p. 166.
P. méton. Composition artistique figurant ou évoquant cette danse. La Danse macabre de Saint-Saëns. De médiocres reproductions en cire de la Danse macabre de Jean Klauber, détruite en 1805 avec le cimetière des Dominicains (HUGO, Rhin, 1842, p. 375). [Dans le cloître des Innocents] Tandis qu'elle récitait ses heures au pied de l'estrade, sous la grande danse macabre (A. FRANCE, Contes Tournebroche, 1908, p. 61).
Au fig. La mort et la vie se poursuivent, se mêlent, s'entrelacent dans cette danse macabre où la destinée nous entraîne tous. Encore quelques pirouettes et il faudra aussi faire le saut, en personne (AMIEL, Journal, 1866, p. 153). L'Angleterre officielle annonçait qu'elle aussi entrait généreusement dans la danse macabre (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 694).
B. — Qui est relatif à la mort ou aux morts. Synon. funèbre. Découverte macabre; nouvelles macabres; scènes, histoires, plaisanteries macabres; goût, genre, humour macabre. Tahiti, disait Pomaré, était la seule île où, même dans les plus anciens temps, les victimes n'étaient pas mangées après le sacrifice; on faisait seulement le simulacre du repas macabre (LOTI, Mariage, 1882, p. 88). Ces hôtelleries pour défunts existent un peu partout en Amérique (...). Quel parti un Edgar Poe eût tiré de cette institution macabre! (GREEN, Journal, 1937, p. 101):
2. Ce portrait de Valdès Léal est un bien autre chef-d'oeuvre que le tableau macabre qu'il a peint dans l'église et qui l'a rendu singulièrement célèbre. Je veux parler des cadavres rongés par les vers, sous la devise Finis gloriae mundi. Le goût romantique de la putréfaction, qui devait aboutir aux enfantillages funèbres de Baudelaire...
T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p. 157.
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui présente ce caractère. Synon. dans les arts, en littérature de genre macabre. Il [Rollinat] devrait lâcher le macabre et écrire un livre de prose sur ce dont il cause si bien et d'une manière si spéciale (GONCOURT, Journal, 1886, p. 575). Dans les formes extrêmes ce goût de la dramatisation devient un goût de l'horrible, du macabre, de l'anormal, du défendu (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 252).
P. anal. Qui évoque la mort par son caractère sinistre, lugubre. Avant de commencer vous m'accorderez bien qu'il n'y a rien de plus impressionnant et je dirai même de plus macabre que l'éclairage des compartiments de première classe (LORRAIN, Sens et souv., 1895, p. 174). Une figure blême, glabre, grêlée, un peu macabre, mais un air de grande bonté (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 516).
REM. 1. Macabrement, adv. D'une manière macabre. Une des plus terribles impressions de sa vie, ça avait été de voir le farceur du Palais-Royal, avec sa tête de mort, prier, prier et ne pouvant s'empêcher de rendre sa prière macabrement comique par ses gnouf! gnouf! (GONCOURT, Journal, 1893, p. 374). Il s'exhalait d'elle [la Lanterne de Rochefort], à peine entr'ouverte, une odeur de tombeau, où des os maxillaires riaient, macabrement (L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p. 45). 2. Macabrerie, subst. fém., hapax. Poème, fantaisie du genre macabre. En effet, en ces temps de faciles, de fades, d'insipides, de banales et d'au fond odieusement et abusivement bourgeoises macabreries, il est digne et sain d'entendre une voix qui chante bien (VERLAINE, Œuvres posth., t. 3, Prose, 1896, p. 342).
Prononc. et Orth.:[], [-ka-]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) 1376 (J. LE FÈVRE, Respit de la Mort, éd. G. Hasenohr-Esnos, 3078: Je fis de Macabré la dance = prob.: «j'ai composé la dance Macabré», cf. note pp. 195-197 et G. PARIS ds Romania t. 24, pp. 129-132); b) apr. 1433 p. métaph. (J. RÉGNIER, Fortunes et Adversitez éd. E. Droz, p. 216, 73-74: aller a la dance De Macabré = «mourir»); fin XVe s.-début XVIe s. (Anc. poésies fr., éd. A. de Montaiglon, t. 8, p. 349: Je danseray la macabrée danse); 1611 (COTGR.: Macabré. Danse Macabré. Death); c) 1811 Danse Macabre (CHAMPOLLION-FIGEAC, Notice d'une Edition de la Danse Macabre, antérieure à celle de 1486 [= Paris, Guyot Marchant, 1485] ds Magasin Encyclop. t. 6, p. 355); 2. 1843 p. ext. «relatif à la mort, lugubre» (GAUTIER, Tra los montes, p. 64); 1855 subst. (GONCOURT, Journal, p. 199: d'un macabre poignant). Orig. controversée (voir FEW, t. 6, 1, pp. 2a-3a). Les étymol. orientales qui ont été proposées (ar. maqbara, maqbura, plur.; «cimetière», v. VAN PRAET cité par CHAMPOLLION-FIGEAC, op. cit., pp. 367-368; syriaque meqabberêy, meqabr ey «fossoyeurs», v. Fr. mod. t. 15, pp. 96-98 et Romania t. 71, pp. 408-412) manquant de fondement, il semble préférable de voir en Macabré (lu à tort macabre au XIXe s., cf. 1811, supra et Romania t. 18, p. 513) une var. du nom propre d'orig. biblique Macchabée (cf. p. ex. ca 1190, GUI DE CAMBRAI, Vengement Alixandre, éd. B. Edwards, p. 96, 1748 [var. 2e moitié XIIIe s.]: Judas Macabrés; ca 1200, 2e Continuation de Perceval, éd. W. Roach, t. 4, p. 500, 32278 [var. XIIIe s.]: judas macabre). Quatre cheminements ont été proposés: a) Macabré serait le nom d'un peintre ayant représenté une danse de la Mort dont Jean Le Fèvre se serait inspiré pour un poème, intitulé La dance (de) Macabré, qu'il aurait composé avant Le Respit de la Mort (G. PARIS ds Romania t. 24, pp. 129-132; cf. les peintures murales du cimetière des Innocents à Paris, exécutées en 1425, auxquelles fait allusion le J. d'un bourgeois de Paris (1405-1449), éd. A. Tuetey, p. 234, qui mentionne un cordelier ayant prêché aux Innocents en avril 1429 «le dos tourné vers les Charniers encontre la Charonnerie, à l'androit de la Dance Macabre»). Contre cette hyp., l'objection de E. MÂLE, L'art religieux à la fin du Moy. Âge en France, 1908, cité ds G. HUET, La Danse Macabré ds Le Moy. Âge, t. XXIX, p.152: «jamais, au moyen âge, on n'a désigné une oeuvre d'art par le nom de son auteur». b) Macabré serait le nom d'un poète ayant composé le texte accompagnant des oeuvres picturales représentant une danse de la Mort (G. HUET, op. cit., p. 158: «on a très bien pu désigner, aux XIVe et XVe siècles, la Danse des morts par l'expression Danse Macabré ou Danse de Macabré, le mot Macabré indiquant l'homme qui était considéré, à tort ou à raison, comme l'inventeur du thème»). À l'appui des deux précédentes hyp., l'art. de MACHABEY ds Romania t.80, p. 124, qui mentionne Maquabré, Makabré, etc., attesté comme nom de famille à partir de 1333, à Porrentruy. c) Selon H. SPERBER, The etymology of macabre ds Mél. Spitzer, pp. 391-401, l'auteur d'une danse de la Mort (peut-être Jean Le Fèvre) en aurait attribué le prologue à un «prédicateur», identifié avec Judas Macchabée (en raison du passage de II Macc. 12, 38-46, où est mentionnée la prière pour les morts). d) On a encore supposé (LITTRÉ; Gde Encyclop. t. 13, p.884) que la danse Macabré aurait été à l'orig. une danse liturgique, une procession dansée ou un mystère, représentant le martyre des sept frères Macchabées qui moururent l'un après l'autre pour leur foi (II Macc. 7), et où les danseurs disparaissaient tour à tour pour signifier que chaque être humain doit subir la mort (cf. ds DU CANGE le lat. médiév. choraea Machabaeorum «danse des Macchabées», représentation scénique donnée dans l'église St Jean l'Évangéliste à Besançon en 1453; en m. néerl. Makkabeusdans, au XVe s. ds Romania t. 24, p. 588). Mais cette hyp. se heurte au fait que Macabré est toujours au sing. dans les textes français. Fréq. abs. littér.:160. Bbg. D. (A.) Macabre. Fr. mod. 1947, t. 15, pp. 97-98. — DU BRUCK (E.). Another look at macabre. Romania 1958, t. 79, pp. 536-544. — EISLER (R.) La Danse macabre. Fr. mod. 1947, t. 15, pp. 96-97; Traditio 1948, t. 6, pp. 187-225. — LECOY (F.). Romania 1950, t. 71, pp. 408-412. — MACHABEY (A.). À propos de la discussion sur la Danse Macabre. Romania 1959, t. 80, pp. 118-129. — MIGL. 1968 [1927], p. 11, 158; 328. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p.259, pp. 289-291; t. 3 1972 [1930], p. 367. — SPITZER (L.). La Danse macabre. Mél. Dauzat (A.) 1951, pp. 307-321.

macabre [makɑbʀ] adj.
ÉTYM. Danse macabre, ou danse Macabré, XVe; d'un nom propre Macabré, mentionné en 1376, ou (selon Dauzat) du syrien maqabrey (arabe mǎqābrī) « fossoyeur ». → Macchabée.
1 Bx-arts. || Danse macabre : représentation allégorique de la Mort entraînant dans une ronde des personnages de toutes conditions, depuis le roi jusqu'à l'homme du peuple (→ Immonde, cit. 2). || Danses macabres peintes au XVe siècle sur les murs des cimetières, des cloîtres.Mus. || La Danse macabre, de Saint-Saëns.
1 La dance (danse), macabre s'appelle :
Que cha(s)cun à danser apprant (apprend).
À l'homme et femme est naturelle
Mort n'épargne (ni) petit ne (ni) grant (grand).
La Grande Danse macabre (1486).
2 Le blanc squelette se fait voir (…)
(…) Il pousse à la danse macabre
L'empereur, le pape et le roi.
Th. Gautier, Émaux et Camées, « Bûchers et tombeaux ».
3 Antinoüs flétris, dandys à face glabre,
Cadavres vernissés, lovelaces chenus,
Le branle universel de la danse macabre
Vous entraîne en des lieux qui ne sont pas connus !
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Tableaux parisiens », XCVII.
4 La danse macabre s'apparente de la façon la plus subtile et la plus évidente au sabbat.
Francis de Miomandre, Danse, p. 51.
2 (1842). Cour. Qui a pour objet les squelettes, les ossements, les cadavres, et, par ext., Qui a trait à la mort, qui évoque des images de mort. Funèbre, lugubre, sinistre. || Découverte, scène, plaisanterie, humour macabre. || Donner dans le genre macabre, et, ellipt., le macabre (→ Fantastique, cit. 9).
5 Vers 1820, le règne du macabre ne fait que commencer : après 1830, la tête de mort est le premier meuble du poète romantique qui se met en ménage.
Charles Bruneau, in Brunot, Hist. langue française, t. XII, p. 150.
6 J'avoue être, pour ma part, excédé de toute cette diablerie de pacotille (…) autant que des têtes de mort et des cimetières, où se complaisait l'imagination des Jeune-France, à la suite de l'Hugo des Odes et ballades (…) Chez des écrivains de second ou de troisième ordre (…) ce macabre, ce diabolique (…) sont purement insupportables : c'est de l'esthétique de vignette.
Émile Henriot, les Romantiques, p. 447.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Macabre — is a quality of certain artistic or literary works, characterized by a grim or atmosphere. In these works, there is an emphasis on the details and symbols of death. Macabre themes are often preoccupations in the Goth subculture. Themes are… …   Wikipedia

  • Macabre — Saltar a navegación, búsqueda Macabre es un álbum de Dir en grey lanzado en Septiembre 20, 2000. es el primer disco de la banda en colaboración con Firewall de Free Will y Sony Music Entertainment Japan. Track listing # Título Duración Música* 1… …   Wikipedia Español

  • macabre — (m[.a]*k[aum] b[ e]r) adj. 1. portraying human injury or death in a way so as to inspiring shock or horror; gruesome; ghastly; as, macabre tortures conceived by madmen. [Also spelled {macaber}.] Syn: ghastly, grisly, gruesome, lurid. [WordNet… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Macabre — Allgemeine Informationen Genre(s) Death Metal Gründung 1985 Website http://www.mindmelt.com/macabr …   Deutsch Wikipedia

  • macabre — (adj.) early 15c., from O.Fr. (danse) Macabré (dance) of Death (1376), probably a translation of M.L. (Chorea) Machabæorum, lit. dance of the Maccabees (leaders of the Jewish revolt against Syro Hellenes; see MACCABEES (Cf. Maccabees)). The… …   Etymology dictionary

  • macabre — ► ADJECTIVE ▪ disturbing and horrifying because concerned with death and injury. ORIGIN French, from Danse Macabre dance of death , perhaps from Macabé a Maccabee (a member of a 2nd century BC Jewish sect led by Judas Maccabaeus), with reference… …   English terms dictionary

  • macabre — [məkä′bərmə käb′rə, mə käb′, məkä′bər] adj. [Fr < OFr ( danse) Macabré, (dance) of death, prob. altered < ML ( Chorea) Machabaeorum, lit., dance of the Maccabees (see MACCABEES): semantic connection obscure] grim and horrible; gruesome;… …   English World dictionary

  • Macabre — (fr., spr. Makaber), 1) in England u. Frankreich ehemals kirchliche Maskerade; 2) der Todtentanz, s.d …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Macabre — (Danse m., franz., spr. dangß makābr ), soviel wie Totentanz (s. d.) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Macabre — (Danse M., spr. dangs makahbr), s. Totentanz …   Kleines Konversations-Lexikon